L'OCCITANIE, « qu'es aco » ?

(L'occitan, qu'est-ce que c'est?)

 L'Occitanie n'est pas un pays, c'est une grande famille qui a ses origines dans le Sud de notre beau pays. Si je parle de famille, c'est une image, mais qui se concrétise assez souvent, par des alliances entre jeunes de hameaux ou de villages voisins. Outre cette réalité, l'image est belle, car, ce qui nous rapproche, c'est principalement notre accent. Cet accent qui chante partout en Occitanie pour accompagner tous les patois parlés chez nous.

Chez nous, c'est aussi un ensemble de régions où la langue d'Oc domine, d'où le nom de Languedoc, ancienne province du Sud-Ouest dont la capitale était Toulouse. La langue d'Oc représente l'ensemble des dialectes romans parlés en Occitanie

Il est important de savoir que les frontières de l'Occitanie ne sont pas limitées au Languedoc. Elles s'étendent du Piémont italien, traversent les Alpes, remontent jusqu'à Clermont-Ferrand, glissent vers l'ouest pour inonder la Gascogne, sautent les Pyrénées dans leurs parties méridionales pour aller s'éteindre en Catalogne espagnole.

Chez nous, en Quercy, « la lengo nostro », notre langue occitane est plus précisément un patois local dont la prononciation et l'écriture varient, parfois, d'un canton à l'autre. Malgré ces variations, nous sommes capables de nous comprendre et de nous entendre, de nous regrouper lors de manifestations festives locales et régionales.

Ce patois, pour nous, personnes d'un âge certain, est un parlé que nous chérissons ; nous l'avons entendu, compris et parlé dès notre première enfance et,  bien que nos parents s'efforçaient de nous parler français pour nous faciliter l'entrée à l'école publique, d'où l'occitan était banni, certains d'entre nous ont eu beaucoup de mal à assimiler le français.  De ce fait, avant d'avoir fait de grandes études, nous étions déjà bilingues !

Au niveau local, à Miramont de Quercy, il existe un groupe de danseurs (ses) qui pratiquent des danses du folklore régional ; de temps en temps, ils sont invités à participer à des animations, des fêtes et festivals dans un contexte joyeux et festif. Nous maintenons aussi sur pieds une petite troupe de valeureux comédiens amateurs qui aiment jouer quelques petites pièces en patois ; mais pour toutes ces activités, les effectifs se réduisent car les jeunes générations parlent très peu le patois et ne le comprennent pas assez bien.

On peut regretter, chez nous, dans le Quercy, un manque de volonté de la part de nous tous et de nos élus, d'avoir négligé de faire enseigner l'occitan dans les écoles primaires. Alors que dans certains départements voisins, il existe des écoles primaires privées enseignant en même temps l'occitan et le français. Pour celles et ceux qui ont à cœur de perpétuer les traditions de cette grande famille, il y a du grain à moudre !

De temps en temps, de grands rassemblements ont lieu dans différentes villes du Sud. On y revendique notre appartenance à la grande famille occitane ; les foules présentent ces jours là, joyeuses et colorées nous prouvent par leur musique, leurs danses et leurs accents nuancés et chantants que cette grande famille est en bonne santé.

Sur cette note optimiste, je termine en citant le dernier couplet d'un chant qui glorifie notre accent

            Toi qui cherche un ami en pays occitan

            S'ils prononcent des mots que tu ne comprends pas

            Dès le premier regard, tu le reconnaîtras

            Il aura dans les yeux … une pointe d'accent !

            Et à toi qui t'en va, ami de mon enfance,

            Je dis : n'emporte pas ma terre à tes souliers

            Mais accroche à ton cœur ce joli coin de France

            Et sa pointe d'accent, qu'on ne peut oublier !...

Paul CALVET, Montbarla

 

On ne doit pas oublier de mentionner aussi que, récemment, notre administration nationale a décidé de simplifier en regroupant les régions. Les régions Midi Pyrénées et Languedoc Roussillon se sont regroupées pour former la région Occitanie.

D'autre part, le Conseil Départemental du Tarn et Garonne a mis en place entre l'été 2015 et l'été 2016 des panneaux occitans, ajoutés à ceux existants, à chaque commune du département, suite à une idée née en 2014 et votée début 2015, proposée par le groupe des conseillers. La traduction des noms de nos villes et villages a été assurée par M. Bedel de l'Institut Occitan de l'Aveyron, et c'est 650 panneaux pour 195 communes qui ont été installés ou livrés aux communes, afin que l'identité occitane s'affiche partout dans le département.

Published 3/2017